#facialIssue

*

J’ai croisé, un beau matin de printemps, une fesse toute rouge comme un petit livre.
L’était létale et volcanique.
La garce.
Une vraie farce.
Dans le pré, les coquelicots sont en ménage avec les morts.
C’est que du bonheur.
C’est le sang qui donne le ton aux joues de la Vie.
Les souvenirs sont éparses et bien lointains.
Les poussières effacent les traces de tes larmes.
Je songe à l’humidité de ta plaie.
Je plonge dans ton sexe, comme un kangourou dans le désert.
Le monde *peut* crever. C’est une question de ~ liberté. Je t’aime là maintenant. Mais qu’est-ce qu’on s’en fout des mots doux!
Je me mets ton slip devant comme gros Jean l’apôtre.
Hippie pipe! Fourra!
Faut fourrager bandes de cons, sinon j’éjacule dans l’œil du diable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s