contrat 0004 | Le contrat anarchiste contre la culture de l’Autorité

|LE CONSENTEMENT| 1v2
L’hétérogestion, c’est l’ingérance du corps des Autres, c’est la coercition aux intérêts d’un seul, contre l’idée du bien commun – de tous. La seule autorité qui fait loi, c’est celle à laquelle on accorde sa confiance. La confiance ne s’écrit pas par le haut… Elle se vit côte-à-côte.

L’Autorité d’un seul ou de quelques-uns est l’autorité non consentie. L’autorité de tous est l’autorité, qui par la délibération directe, la négociation directe et explicite, et le consentement exprès ou formel et au mieux documenté directement, fondent par l’autonomie de chacun.e l’autonomie de tous, la solidarité par l’entraide. Hors du consentement, tous les rapports forcés sont un viol. Même les activités humaines, la persistence des peuples dans le temps, qui se vivent dans l’improvisation devraient être sujette à un cadre qui prévient les préjudices (contrat 0001).

L’âge du consentement dépend de la maturité de chacunz. La limite d’alcool ou de THC dépend de l’accoutumance et du métabolisme de chacunz. Une démocratie capacitaire ne saurait imposer des lois ou des normes fondées sur des calculs statistiques, elle devrait plutôt donner à chacunz les moyens sécuritaires de vivre sa liberté à sa mesure et à son rythme.

La capacité au consentement (lucide et éclairé, pléonasme) est-elle une prérogative de la génétique ou le fruit d’une éducation populaire démocratique? Je crois qu’il s’agit d’un mélange des deux, certainz auront l’intuition juste de ce que constitue le consentement sans trop y être forméz, d’autres devront l’apprendre ou l’intellectualiser, le préciser. Le consentement n’est pas une question d’âge, mais de capacité. La démocratie capacitaire ne saurait le négliger.

En dehors du consentement, tous les rapports relèvent du viol, de la violence, de l’Autorité. Le consentement n’existe pas dans l’ignorance et dans l’acte de foi contraint par la manipulation, par la coercition, par la répression, par le jugement, par la punition et par l’exclusion, bref toutes postures Autoritaires invalident le consentement. L’Autorité est le stricte contraire du consentement. Est Autorité le rapport et ses conséquences non consentis.

Dans tous les rapports sociaux, agir sans consentement, c’est s’adonner au vice de l’Autoritarisme, donc à l’arbitraire narcissique et autocrate. L’Autorité est un fondement de la culture du viol, une culture de la Prédation où l’Un fait la loi aux corps des Autres, prend le pouvoir contre leur corps.

La pédophilie est une pratique sexuelle autoritaire, elle se pratique sur quiconque ne possède pas la capacité de donner son consentement. L’abus sur unz enfant dont la maturité n’est pas atteinte relève du même hiérarchisme que sur unz adulte dont le sens critique n’est pas sécuritaire pour ielle-même dans une pratique sexuelle.

L’IMMATURITÉ N’EST PAS UN GENRE, NI UNE ORIENTATION, NI UNE PRATIQUE!!!

Bien entendu, vendre son corps et ses possibilités sous les diktats du Capitalisme est une prostitution de survie. Mais pour discerner la prostitution du viol, il faut qu’il y ait un écart dans l’autonomie du corps exploité par le client-violeur sans parasite monétaire – cad le proxénète – et celle du corps exploité sans contrepartie tarifaire et par la fusion proxénète-client, donc par le violeur. J’entends proxénète dans les tous les cas comme celui qui tire un profit de l’exploitation du corps de l’Autre. Je rejette l’idée de l’argent, mais le tarif aux mains du corps exploité lui permettra de gérer son accès à ses privilèges marchands, son accès aux marchandises. Ce cas de soumission requiert un accompagnement vers la sortie et de l’éducation populaire par et pour les camarades, et cela, dès l’âge de la parole. En sciences cognitives, il est démontré que les enfants en bonne santé linguistique ont acquis toute leur syntaxe maternelle à quatre ans. Ils doivent être formés à reconnaître les situations où ils se sentent incapables d’accueillir la sollicitude des adultes politiques dans un domaine où ils sont appelés. Par ailleurs, s’il apparaît qu’un terme du contrat (anti)social qui vous lie au Capital vous est inconnu, cad que vous êtes aliéné à votre société par l’intermédiation d’un État – en ce qui concerne beaucoup d’entre nous, il s’agit de l’État bourgeois ; on peut soupçonner que vous êtes victime d’un viol. C’est cette prédation qui laisse à penser que la société capitaliste est fondée sur la culture du viol.

Enfin, pour compléter mes hypothèses, je vais développer l’articulation entre le consentement et l’autonomisation des corps, des candidats à l’autonomie dans une capsule à venir.

PERSPECTIVE DÉTERMINISTE
Sommes-nous soumiz à l’inconscient collectif? Il me semble que l’obéissance des corps à un corps collectif contient une dimension de consentement. Ce consentement peut-il être inconscient? Je trouve cette perspective dangereuse en matière de viol quel qu’il soit. Je ne sais pas, il faut avouer qu’au niveau subatomique tout est un plasma grouillant de vie sans frontière. L’astrophysicien Trinh Xuan Tuan (et d’autres de ses collègues) décrit trois facettes de la matière : la matière, l’énergie et l’information. Il croit également à la Nécessité des choses. Une force qui justifie les choses. Cet inconscient pourrait être la mémoire du cosmos codifiée dans la facette informatique de la matière. Mais je n’en sais pas plus à cette échelle. Sinon, il y a des neurologues et autres expertz du cerveau qui s’entendent sur le caractère déterminé des psychés et des comportements : les traumatismes et l’épigénétique qui transmet l’encodage des traumatismes psychosociaux de nos ascendants dans notre génome.

L’idéal égalitaire est de fonder une société qui permettra à chacunz de faire partie de l’Histoire collective en fonction et en dépit de ses déterminismes. J’entends en fonction, car la démocratie capacitaire reconnaît les limites de chacun des membres de la société. J’entends en dépit, car les membres de la société ne reproduisent pas la société de classes en fonction des limites des Autres. Il me semble que c’est ça, être pluraliste.

Sans consentement, tout rapport est un viol, une violence arbitraire, une violence autocrate, une violence narcissique, un hiérarchisme ou une Autorité. Ça croupit dans la même soupière!


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s