défense 0002 | La posture insurrectionnelle ou la culture de la défense contre la culture de l’Autorité

|DÉFENSE ET DÉMOCRATIE| 2v2

J’ai mis de l’eau dans mon vin pacifiste.

Il y a près de deux ans, nous avons eu le plaisir de recevoir Stephane à la soirée de prises de parole, La Tribune anarchiste.

Pour résumer la chose, Stephane est un fervent défenseur de l’accès aux armes létales, car l’usage de la violence est garante de la démocratie. Cela peut choquer les plus pacifistes d’entre nous, cependant, la posture insurectionnelle, la culture de la défense, commande par pur pragmatisme de considérer les armes des ennemis du bien commun, bref tous les instruments d’oppression dont disposent les sbires de l’État et les fachos qui font le jeu de l’oppression.

Ceux qui nous suivent depuis longtemps ont compris l’argumentaire de Stephane. Si une personne brise le contrat social qui nous UNIRAIT, il est sans aucun doute nécessaire de se défendre en appliquant, pour reprendre les idées d’une camarade, une force égale ou supérieure à la menace.

Voilà qui pose une brique dans notre schème insurrectionnel de pensée.

La déclaration des droits l’Homme dit en préambule : Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’Homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Cet article comporte disons quatre unités de sens :

  • Le régime de droit (regere = recturum = right/droit = diriger, dominer)
  • La contrainte en ultime recours
  • La révolte (l’insurrection)
  • La tyrannie et l’oppression (le patriarcat, le capitalisme, etc.)

Je les reformule en déplaçant les unités de sens : La tyrannie et l’oppression doivent être protégées de la révolte comme dernier recours par un Régime défendant les droits de l’Homme.

Là où la magie s’opère, c’est l’identité entre la tyrannie et le régime Autoritaire. C’est en cela que les instances Autoritaires des États sont autocrate, bref qu’ils exercent leur Autorité par et pour eux-mêmes contre et sans le peuple.

Prenez le temps d’intégrer le revirement sémantique.

Donc, en discutant avec une autre camarade, nous en sommes venu à se dire qu’une démocratie digne de ce nom, n’a pas à craindre l’insurrection. Que bien au contraire, elle doit garantir, advenant qu’un acteur de la société exerce par collusion, monopole ou violence un pouvoir sur les autres acteurs, leur droit à l’usage de force insurrectionnelle.

Enfin, nous n’avons pas besoin de corps policier pour protéger la démocratie, tant et aussi longtemps que l’insurrection est à la portée de la main. Dans une démocratie digne de ce nom (cad démocratie directe) tous sont en sécurité. La posture insurrectionnelle sous un contrat social démocratique garantit notre sécurité dans le consentement qui fait notre autonomie et notre solidarité.

France, 1793

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s