cahier 0001 | cahier de notes libertaires contre la culture de l’Autorité

LE COMMUNISME LIBERTAIRE CONTRE LE NATIONALISME

Je hais les clivages. Mais ma posture anarchiste quand bien même inclusive me coupe des hiérarchistes (que sont, entre autres, les nationalistes). La question se renverse aussi, sont-ce les exclusifs qui s’excluent eux-mêmes d’abord?

On pourrait penser que les communistes libertaires (j’en suis) clivent la société en deux groupes majeurs : les exploiteurs (bourgeois) et les exploités (classes dominées). Dans un sens, ce clivage, devenu idéologique, repose sur les conditions matérielles d’existence et sur le rapport matériel qu’entretiennent ces deux groupes avec le Capital, si l’un l’exploite, l’autre le produit par son travail concret.

Dans le cadre de Helder Camara, les hiérarchistes (monopole du Droit, patrons, juges, bourgeois et exploiteurs ; flics, fachos et groupes bellicistes) initient la violence. Je crois que les initiations volontaires de violence dissocient de facto les agresseurs de l’intérêt commun. Leur haine antisociale les excluent par eux-mêmes. Ce n’est donc pas la posture anarchiste qui clive la société – cette posture recherche la liberté égalitaire, seule forme de paix possible – mais bien les postures Autoritaires qui la stratifient.

Ceci dit, là où pour nous, communistes libertaires, apparaît un projet, c’est en ce que chaque individu doit s’engager dans une éducation qui lui donnera une conscience de classe. Deux options contradictoires s’imposeront à touz : reproduire l’ordre Autoritaire, donc la société de classes en bénéficiant de ses privilèges en dépit de ses stigmates ; ou instaurer l’ordre libertaire égalitaire et écologique en bénéficiant de ses privilèges, dans un processus au pire réformiste, à travers l’autonomie et l’entraide solidaire, et cela en réhabilitant ses stigmates. Réhabiliter les stigmates qu’infligent les violences formelles et informelles est un projet de la démocratie capacitaire qui devrait offrir à chacunz le pouvoir de faire Histoire et de faire société à sa mesure et à son rythme.

Enfin, les nationalismes inclusif ou exclusif sont des hiérachismes qu’il faut abattre comme les frontières, les maîtres et les religions.

MON AGNOSTICISME

Je suis spinoziste, je crois que – mais ne sais pas si – dieu, c’est la Réalité, donc que c’est sa totalité matérielle sous toutes ses facettes ou modes d’Être ; sans la vénérer – car dans cet ordre égalitaire du divin, rien n’est moins, ni plus, ni mieux, ni pire que quoique ce soit ou qui que ce soit, l’essence divine étant la matière, tout est dieu, mais rien ne l’est plus que rien d’autre, car seul l’Être ou la matière totale ou encore la Réalité est matériellement dieu – on doit organiser notre survie – hors du capitalisme!

Le spinozisme est une philosophie, qui à l’instar des religions propose une métaphysique, en l’occurrence que tout est Corps ; mais qui au contraire n’impose pas un Ordre ou une Hiérarchie incarnés par des ministres… dans un rapport Autoritaire et sectaire, nous enjoignant à respecter plein de rituels et en commandant des actes de foi contraints.

Je ne suis pas un spinoziste dogmatique, pas plus qu’un marxiste dogmatique, seuls les Autoritaires croient que les livres sont des religions ou que les penseurs sont des prophètes.

Ni patriarche, ni maître! 😉
No nation, no borders!

Émancipons-nous, les uns les autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s