don 0003 |Le don contre le profit : la solidarité de tous.tes contre la culture de l’Autorité

|L’ÉCONOMIE DU DON CONTRE L’ÉCONOMIE DE LA PROPRIÉTÉ OU L’ÉCONOMIE DU VOL| 1v4
COMPARAISONS EN CONTEXTE
**
||Les quatre premiers exemples sont des faits, des qualités et des transactions de l’économie du don.
*
1a. Le bien commun est gratuit. (Eau potable)
*
1b. Le bien d’usage est pris. (Prendre l’eau potable pour la consommation ou l’usage)
*
2a. Le gratuit se donne. (Donner de l’eau pour la consommation ou l’usage)
*
2b. Le non-payé se prend. (Prendre l’eau pour la consommation ou l’usage)
**
||Avec une condition monétaire, on obtient la logique mercantile.
*
3a. Le bien commun est vendu. (Nestlé)
*
3b. Le bien d’usage est acheté. (Bouteille d’eau)
*
4a. (!) Le gratuit se vend. (Il s’agit d’une FRAUDE dont le seul but est de tirer PROFIT en vendant le bien commun qui appartient d’emblée à tous.)
*
4b. (!) Le non-payé s’achète (Il s’agit d’un achat sur le « marché noir » = on extorque un PROFIT qui commande l’EXPLOITATION de l’acheteur pour un accès à l’usage d’un bien qui provient du bien commun.)


||Tout ceci est incohérent avec l’emploi de la propriété.
*
1aa. La propriété est gratuite. (Pas toujours, sinon certaines conditions légales font office de contrepartie, notamment en matière d’héritage. Sinon, il faudra payer « un dollar symbolique », afin d’enregistrer la transaction.)
*
1bb. La propriété est prise. (Difficilement, certaines conditions légales en contrepartie s’appliquent. En cas de squattes, il en coûtera des violences policières ou d’autres fascismes.)
*
2aa. La propriété se donne. (Pas nécessairement, certaines conditions légales en contrepartie s’appliquent, ne serait-ce qu’un dollar symbolique. En cas de squattes, il en coûtera des violences policières ou d’autres fascismes.)
*
2bb. La propriété se prend. (Pas nécessairement, certaines conditions légales en contrepartie s’appliquent. En cas de squattes, il en coûtera des violences policières ou d’autres fascismes.)
**
||Mais avec la condition monétaire, on comprend mieux.
*
3aa. La propriété est vendue ou léguée.
*
3bb. La propriété est achetée ou acquise.
*
4aa. La propriété se vend ou se lègue (=! DONNER)
*
4bb. La propriété s’achète ou s’acquiert (=! PRENDRE)


Ce qu’on observe en contrastant 4a. – 4aa. et 4b. – 4bb. est la légalisation de la fraude, de l’extorsion et du marché noir au sens du bien commun, car les cas de figure 4aa. et 4bb. sont neutralisés par leur assimilation avec les cas légaux de 3aa. et 3bb. C’est de cette façon que doit être pensée la propriété, le profit et l’exploitation : c’est le vol, la fraude, l’extorsion et le marché noir. La privatisation par la propriété est le vol du bien commun.


||Tentons d’appliquer ces contextes à la marchandise.
*
1aaa. La marchandise est gratuite. (Faux, même sans contrepartie, la marchandise est vendue ne serait-ce qu’au prix de vos données.)
*
2aaa. La marchandise est prise. (Difficilement vrai : dans certains cas, on vous prendra la main dans le sac de la propriété = CRIMINALISATION DE L’ACCÈS AU BIEN COMMUN)
*
1bbb. La marchandise se donne. (Pas nécessairement, sinon elle devient un cadeau au prix d’un sacrifice, une contrepartie relevant de la notion de perte, de dette et de propriété.)
*
2bbb. La marchandise se prend. (Difficilement vrai : dans certains cas, on vous prendra la main dans le sac de la propriété = CRIMINALISATION DE L’ACCÈS AU BIEN COMMUN)
**
||Mais avec la condition monétaire, on comprend mieux.
*
3aaa. La marchandise est vendue ou cédée.
*
3bbb. La marchandise est achetée ou acquise.
*
4aaa. La marchandise se vend.
*
4bbb. La marchandise s’achète.


En observant les cas 2aaa et 2bbb, on voit que l’accès au bien commun est criminalisé par la logique de la marchandise, produit de la propriété garantie par les lois liberticides de l’État, la répression et la judiciarisation. C’est une violence initiale volontaire de l’État bourgeois qui par le chantage et la logique de punition force les pauvres à s’endoctriner dans la romance du mérite pour gagner (puisque vivre est devenu un combat au lieu d’un don de la Nature) leurs privilèges. Dans tous les cas où des conditions s’appliquent, il s’agit d’un chantage sur le bien commun comme le feraient des terroristes avec la prise d’otages. L’économie de la propriété-vol (l’économie du vol) c’est une prise d’otage du bien commun pour lesquelles la rançon est votre corps et ses possibilités mis à prix et confinés aux travaux forcés (au surtravail) pour fournir aux bourgeois l’opulence qui les fait dominer le Monde.


L’économie du don est une économie de la liberté, puisqu’aucune condition n’enfreint l’usage du bien commun ; tandis que l’économie du vol, est une anti-économie, qui correspond à une économie carcérale, puisqu’elle est un mode coercitif de chantage sur l’usage du bien commun dans une perspective de profit. L’économie du vol ne fait jamais économiser, bien au contraire, elle coûte toujours quelque chose à titre de contrainte, il s’agit là de la substance même du profit qui justifie l’exploitation. L’économie du vol est une économie carcérale. La planète gratuite est une prison globale. Ainsi l’économie du vol conditionne toujours l’usage du bien commun comme le ferait un propriétaire-proxénète-esclavagiste avec ce que la Vie donne d’emblée aux corps dans l’environnement.
*
Acquérir et requérir sont dans la même famille lexicale où la notion de quête intervient.
On acquiert une marchandise ou une propriété, car il y a réception. Dans le sens que l’on reçoit des choses qui relève du cadeau, à première vue, il y a un sacrifice à l’œuvre.
On requisitionne des richesses et des ressources, car il y a la notion de commande. Dans le sens, qu’en vertu d’une Autorité hétéronome ou d’une autorité autonome qui planifie l’exécution de l’ordre (en anglais on connaît un mot comme to order something to someone).
La requisition solidaire, au sens anarchiste, socialiste ou communiste, c’est PRENDRE LES MOYENS DE PRODUCTIONS (et on occupe les territoires). C’est socialiser l’activité humaine, le principe même de la solidarité.
*
La propriété est une contradiction logique au sens du bien commun. C’est une notion foncièrement confuse et insuffisante pour réfléchir la cohabitation de la planète.
*
Sur une note poétique, n’oubliez pas d’offrir des marchandises et du crédit à Noël!

“donner” ET “prendre” =! “voler” ET “vendre”
Donner ET prendre, ce n’est pas voler ET vendre.


Une réflexion sur “don 0003 |Le don contre le profit : la solidarité de tous.tes contre la culture de l’Autorité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s